Revision [629]

This is an old revision of tbtexte made by MarieAnita on 2015-06-15 14:27:13.
 
L'univers pictural de Marie-Anita Gaube se présente comme un parcours

Les espaces se succèdent dans un théâtre délirant où le sujet s'efface et où l'événement tente de nous échapper.

La fête, l'enfance ou encore l'utopie sont bien des sujets récurrents dans l'œuvre de Marie-Anita Gaube.

Je dirais, pour ma part, qu'ils sont davantage des leitmotivs.

Ce qui produit la richesse sémantique est ailleurs  : la posture d'un corps, le mouvement d'une scène  qui se déroule sous nos yeux, l'incertitude d'une situation, le chant de la couleur à la surface de la toile. Les images enchâssées laissent apparaître l'étonnement, la stupéfaction, le mystère.

Sa peinture a quelque chose de déroutant, d'énigmatique et demande qu'on s'y attarde.

Dans cette double injonction de séduction et de ruptures, l'artiste ménage une compassion chez le spectateur.

Il nous faut évoquer ces corps dérangés, fragmentés ou encore transparents qui taraudent le désir tant ils ne se laissent saisir que par leur immatérialité.

La multiplication des points de vue ainsi que la présence de motifs souvent géométriques entrainent une mise en espace mental du tableau et confèrent à l'œuvre des temporalités hétérogènes.

Les éléments disposés au départ sont presque aussitôt pris dans la tourmente. Ils habitent petit à petit le théâtre de la toile, dialoguent avec l'histoire de la peinture.

Les constructions de l'espace, les positions des corps sont rarement orphelines. Elles reconfigurent adroitement des propositions de Duccio ou Chirico.

L'utilisation de la couleur est franche et libérée. Les touches semblent au premier regard hésitantes voir hasardeuses alors même qu'elles sont placés avec justesse dans une pertinence presque insolente.

Cette mise en lumière annonce l'éveil  d'un travail à la fois singulier et intemporel.